Comment les technologies ont aidé les professionnels de l’immobilier à faire face à la crise ?

  • par
technologies immobilier

Le contexte de la crise sanitaire force les professionnels de l’immobilier à modifier leurs usages. Avec l’impossibilité de faire des visites de chantier, de signer physiquement les permis et contrats ou encore avec le ralentissement des constructions. Les promoteurs et commercialisateurs ont été fortement impactés par les conséquences de l’épidémie.  

Alors que “distanciation” est devenu le maître-mot, faisons le point sur les nouvelles solutions qui ont vu le jour grâce au digital et qui ont permis de faire redémarrer l’activité.

La signature électronique

Près de 60% des signatures d’actes ont dû être repoussées pendant le deuxième trimestre 2020. Du côté des notaires, 40% étaient équipés de la signature électronique et ont pu poursuivre leur activité. La dématérialisation des actes devient donc une question cruciale pour tous les professionnels de l’immobilier. 

Autorisée par le gouvernement quelques semaines après le premier confinement, la signature électronique permet de signer les actes notariés et donc de relancer l’activité. Bien qu’elle fût initiée par un contexte difficile, les professionnels souhaitent pérenniser ce dispositif. Efficace et rapide il permet de finaliser les ventes plus vite. 

Les modélisations 3D

Les modélisations 3D étaient déjà fréquemment utilisées avant la crise sanitaire mais l’impossibilité de visiter ou de se rencontrer a précipité leur essor. Historiquement, un programme immobilier était accompagné d’une perspective extérieure voire d’une maquette 360° mais guère plus. À présent, un programme immobilier est fréquemment visualisable dans son ensemble grâce aux découpes d’étages, aux plans 3D meublés des lots témoins ou de tous les lots. Plus parlant qu’un simple plan technique, les modélisations sont un tremplin de ventes pour les professionnels et permettent aux acheteurs de mieux conceptualiser leur achat. 

Les visites virtuelles

Du côté des acheteurs, la période a été également pleine d’inquiétudes. Dans l’impossibilité de visiter les biens immobiliers, les particuliers se sont vu proposer des visites virtuelles jusqu’alors peu utilisées. Solutions créées à partir de photos d’un logement existant ou en 3D, elles permettent de visiter un bien à 360° simplement à partir de son smartphone, de sa tablette ou de son ordinateur. Pensées pour plonger le visiteur dans son futur logement, l’acheteur se rend compte plus facilement des volumes de son bien. 

Un particulier visite entre 5 et 7 logements avant de trouver celui qui lui correspond. La visite virtuelle permet ainsi un gain de temps pour le visiteur mais également pour le vendeur qui n’a de plus pas à tenir compte des contraintes des horaires de visites. La visite virtuelle est aussi séduisante qu’une visite physique. Elle permet au vendeur d’aboutir plus facilement à une offre d’achat. 

La bulle de vente virtuelle

On sait que la relation client / vendeur est primordiale dans l’immobilier. Alors que faire quand les rencontres sont limitées ? Pour contrer ce problème, la visioconférence est appelée à la rescousse sous la forme d’une bulle de vente virtuelle. Ce procédé permet au vendeur d’inviter son client dans un espace de démonstration virtuel où il pourra présenter ses produits, ses supports de commercialisation et avancer ses arguments. L’action commerciale peut donc continuer malgré les contraintes physiques.

Dans un contexte si particulier, la résilience des professionnels de l’immobilier se traduit par la digitalisation des procédés. 

La dématérialisation de la signature d’actes de vente, les visites virtuelles, la bulle de vente virtuelle ainsi que la modélisation 3D sont autant de solutions qui les ont aidés à réinventer leurs processus de commercialisation.

Et vous ? Promoteurs et commercialisateurs, comment vous êtes-vous adapté à l’année 2020 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *